23/07/2015

Située à 3,5 kilomètres de la capitale Dakar, Gorée est une curiosité géographique, une attraction touristique où se mène une vie particulière voire singulière sur cet espace limité de 27ha. Après une journée passée sur l’île de Gorée un seul mot vous reste à la bouche: "la chaloupe". La chaloupe est un petit bateau d’une capacité maximale de 350 places. Elle assure la liaison martine Dakar-Gorée avec plus d’une vingtaine d’aller-retour par jour. C’est le seul moyen de transport pour relier l’île au reste du Sénégal via Dakar. Les nombreuses petites pirogues sont utilisées uniquement par les pêcheurs de poissons qui sont principalement des Dakarois et des Goréens.

Chaque jour comme ce mercredi 19 novembre, la chaloupe effectue son premier départ de l’île à six heures. Les klaxons du bateau se font entendre dès 5h30 à son approche du quai de Gorée en provenance de Dakar. C’est la première alerte pour celles et ceux qui veulent être à Dakar de bonne heure. Malgré la pénombre toujours persistante à cette heure, on peut remarquer grâce aux premières lueurs du jour naissant, de nombreuses silhouettes en mouvement vers le quai d’embarquement. Il faut seulement quelques minutes pour que l’embarcadère devienne animé. Des fonctionnaires, des scolaires ou des commerçants sont ceux qui se hâtent pour les premiers départs de 6 h et 6h30.

Comme tous les jours de classe, Djenaba Gueye effectue le mouvement à la rencontre de la chaloupe. Elle doit se rendre à Dakar pour ses cours et c’est le seul moyen pour elle si elle veut d’aller à l’école. La chaloupe est le quotidien de tous les collégiens de l’île. Pour beaucoup d’élèves Goréens, le cursus scolaire débute sur l’île pour se poursuivre à Dakar après l’obtention du Certificat d’étude élémentaire. Avec une école maternelle, une école primaire, l’offre éducative est très limitée à Gorée compte tenu des contraintes infrastructurelles. Le seul collège sur l’île est un centre d’excellence, la "Maison d’éducation Mariama Ba" du nom de cette écrivaine connue pour son œuvre romanesque et romantique "Une si longue lettre". La Maison Mariama Bâ reçoit chaque année seulement les meilleures filles au BEPC des quatorze régions du Sénégal. Bien qu’implantée sur l’île les élèves de Gorée ne sont pas régulières dans cette célébrissime et très sélective Maison.

Fähre zur Ile de Gorée
La chaloupe assure la liaison martine Dakar-Gorée avec plus d’une vingtaine d'aller-retour par jour.

Depuis donc la rentrée scolaire de 2006-2007, Djeneba Gueye emprunte presque quotidiennement la chaloupe pour se rendre à Dakar. "Je suis la seule Goréenne de mon établissement" nous apprend-t-elle. De père Sénégalais et de mère Burkinabè, Djeneba Gueye est âgée aujourd’hui de 22 ans. Elle est l’aînée d’une fratrie de cinq enfants dont un garçon. Leur mère est la seule Burkinabè sur l’île, a-t-on appris. De la famille de Bassinga, elle a quitté le Burkina Faso à bas âge avec ses parents et elle n’y est plus retournée. Et cela explique qu’elle ne parle aucune langue burkinabè, nous dit-elle avec un sourire mais le regard profond comme si elle cherchait à ramener en surface un souvenir lointain de l’enfant gurunsi qu’elle fut. Ses enfants à elle ignorent tout du "pays des Hommes intègres" malgré leur admiration pour le pays de leur maman.

Et pendant que nous parlons de cette relation avec le Burkina, subitement autour de nous tous les Goréens semblent intéressés par ce Burkina Faso qui vient de marquer l’actualité en « chassant le Président Blaise Compaoré ». Même sur l’île l’onde de choc de l’insurrection populaire burkinabè a été ressentie. Même si certains veulent en savoir plus sur les évènements des 30 et 31 octobre, nous dûmes imposer Gorée à la place du Burkina comme le sujet principal de cet entretien mêlé de causerie.

L’activité principale sur l’île se résume au commerce (restauration, vente d’objet d’arts, vestimentaires, bijoux) et aux services de guides touristiques. L’île de Gorée est une terre non cultivable, tous les espaces sont bâtis depuis des centaines d’années et les rares espaces non construits sont des jardins verts. L’agriculture est donc inexistante et la pêche bien que pratiquée est moins une activité commerciale qu’une activité de loisir. Ici, il n’y a ni moto, ni voiture, aucun engin motorisé, même pas de vélo. Seulement quelques chariots qui servent à transporter les bagages pour l’embarquement ou au  débarquement de la chaloupe. Les Goréens qui possèdent des voitures les garent à Dakar près du port pour les reprendre les matins quand ils y arrivent pour le service ou leurs courses. "La voiture du maire ne connait pas Gorée", ironise Djeneba qui ajoute qu’à Gorée pour se déplacer, les pieds suffisent pour faire le tour complet de l’île. L’île a une étendue de 300 sur 900 mètres. Mme Gueye est une des nombreuses femmes qui disposent d’une boutique sur l’île. Leurs principaux clients sont les touristes occidentaux et aussi les ressortissants africains qui visitent régulièrement l’île. Mais depuis que la fièvre à virus Ebola a gagné le continent et se propage dangereusement, l’île semble en prendre un petit coup. Gorée ne serait plus la même destination attrayante malgré que le Sénégal jusqu’ici a su se préserver de la maladie. La rareté des touristes impactent sur les "affaires" des Goréennes et Goréens.

Bürgermeister und Bewohner von Gorée am Kai
Der Bürgermeister von Gorée (li.), Tidiane Camara sowie Djenaba Gueye (re.) mit einer Freundin am Kai.

Une union sacrée pour travailler pour Gorée

Gorée fait partie des 19 communes d’arrondissement de Dakar. Elle est d’ailleurs la première commune selon Tidiane Camara, Directeur de cabinet du maire. La commune de Gorée est dirigée par Maître Augustin Emmanuel Senghor, petit-fils du Président-poète Léopold Sédar Senghor. C’est en 2002 que le maire Senghor a été élu pour la première fois. Homme issu plutôt de la société civile Me Senghor a été élu sous la bannière du Rassemblent des écologistes du Sénégal, Les verts qui ont porté sa candidature. « En réalité le maire est apolitique» soutient  son directeur de cabinet, Tidiane Camara. Cependant au Sénégal comme au Burkina, les candidatures indépendantes ne sont pas autorisées au niveau des élections locales. C’est la raison pour laquelle le maire a été porté sur la liste des Verts qui ont accepté « parrainer sa candidature ». 

Pour le Directeur de cabinet, c’est tout simplement "Gorée qui est le parti du maire". Le conseil municipal compte 36 conseillers avec une parité dans le genre. Malgré leur appartenance à différents partis, tous les conseillers et même les habitants adhèrent à une même vision résumée par la formule "djoko Gorée" qui peut se traduire du wolof par "être ensemble pour travailler pour Gorée". Sur cette île où tout le monde se connait et se côtoie tous les jours, l’intérêt de Gorée passe au-dessus de la politique.

Le maire qui par ailleurs est le président de la Fédération sénégalaise de Football doit également se rendre tous les jours à Dakar où il travaille. L’heure de sa chaloupe est 6h30. Ce mercredi 26 novembre, en allant prendre la chaloupe, le maire avait de quoi être d’une bonne humeur. Les Lions de la Teranga qui avaient déjà acquis leur qualification le 15 novembre pour la CAN en Guinée Equatorial, ont terminé en beauté les éliminatoires.  En effet la veille 25 novembre, l’équipe nationale du Sénégal a battu le Zimbabwé par 3 buts à 0 au stade Léopold Sédar Senghor. La nuit pendant le match on a pu se rendre compte de la fibre sportive et patriotique des Goréens attachés à leur équipe nationale. C’est avec cet air victorieux de la veille que nous avons croisé le maire Senghor sur le quai au moment de monter sur la chaloupe.

Alors que le temps presse et que le bateau annonce son départ imminent par des klaxons, le maire est rattrapé sur le quai par son assistante, la secrétaire Fatou Sall Haby, les bras chargés de parafeurs. Pendant que des passagers embarquent toujours sur la chaloupe le maire a le temps de signer les documents. Le bateau va bientôt partir et les derniers passagers se hâtent depuis les habitations pour ne pas rater le départ sinon ils devront attendre le prochain départ à 8h et suivants. La traversée de l’océan dure une quinzaine de minutes pour rejoindre Dakar. La chaloupe est un bien précieux pour Gorée. Dans l’esprit Goréen, cette chaloupe n’est pas qu’un simple bateau. Elle porte un nom "Coumba Castel" inscrit en lettre visible sur sa coque. En effet "Mam Coumba Castel" serait selon la légende, le génie de l’île de Gorée. Ce génie possède des qualités donc la meilleure c’est sa gentillesse extrême. Les guides touristiques parlent du génie comme un esprit protecteur de l’île et dont la présence est sensible sans être visible. C’est ce génie donc le nom a été donné au bateau et on devine ce que ce bateau représente pour l’île.

La Chaloupe bien qu’elle a été créée à cause de Gorée dans le but d’assurer la continuité territoriale entre l’île et le reste du pays, sa gestion ne relève pas de l’île. Selon le directeur de cabinet du maire, la chaloupe est gérée par le port autonome de Dakar et "à partir des recettes que génère l’activité du bateau, une subvention qui est allouée à la commune de Gorée". Gorée est une commune spécifique. Selon une loi foncière nouvellement adoptée, la commune de Gorée devra être érigée en commune de pleine autonomie. Par ailleurs, depuis 1978, Gorée est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Gorée n’est donc plus un "bien privé" du pays de la Teranga, Gorée est un "bien commun" de l’humanité.

Première publication dans le bimensuel Mutations N°66 du 1er décembre 2014.